lundi 9 avril 2018

Evaluation de la capacité des MNS à détecter un mannequin immergé. Combien de temps faut-il pour voir ?

C'est à l'occasion de la 5ème édition du colloque national Piscine & Sécurité qui s'est tenue à l'université de Poitiers les 5 et 6 avril derniers que nous avons présenté de nouveaux résultats de recherche. Inédits !




Si par le passé nous nous sommes intéressé à l'effectivité de la surveillance en piscine publique d'accès payant (PPAP), nous avons cette fois-ci orienté notre réflexion sur son efficacité. En effet, la surveillance peut très bien être effective, en d'autres termes constante, mais est-elle pour autant toujours efficace ?


Dans la perspective d'apporter des éléments de réponse à cette question, nous avons tenté d'évaluer l’influence de différentes variables (fréquentation, éloignement, type de poste de surveillance, profondeur) sur la capacité de détection des MNS d'un mannequin immergé simulant une submersion accidentelle dans des conditions artificiellement recréées proches de la réalité lorsque la surveillance est effective. 

Le recours à une méthodologie collaborative, c'est-à-dire avec le concours de MNS volontaires et acteurs du test, permet d'éviter la stigmatisation d'une corporation "prise en défaut" et d'affaiblir la culture de l’erreur. Cela permet également de limiter les risques liés à une véritable intervention d’urgence du MNS dans l’eau (ou du recours potentiellement risqué à un apnéiste en cas de tests clandestins).

Nous avons donc réalisé 108 immersions de mannequin dans les 3 bassins de 2 piscines de Grand Poitiers en faisant "tourner" les variables (et les sous-variables associées) que nous souhaitions contrôler. Précisons que nous n’avons pas réalisé d’immersion dans des zones non visibles des postes de surveillance. En revanche, nous avons procédé à quelques "faux lancers". C'est-à-dire que nous avons demandé au MNS de détecter alors que le mannequin n'était pas immergé dans le bassin afin de garantir la validité scientifique de notre protocole.

Les implications préventives issues de ce protocole de recherche sont nombreuses. Les premiers résultats ont été présentés au colloque et feront prochainement l'objet d'une publication scientifique que nous ne manquerons pas de communiquer.

Nous remercions très chaleurseument les membres de notre équipe de recherche (Pascal Lebihain, Loïc Le Minor, le Pr Bastien Soulé), les MNS volontaires, le "faux public", les étudiants de la licence professionnelle AGO des APS de Poitiers mais aussi la Communauté Urbaine Grand Poitiers sans qui ce protocole aurait eu du mal à se concrétiser. 

mardi 12 décembre 2017

[PUBLICATION] Analyse systémique de la détection des usagers en détresse en piscine publique



Vient de paraitre dans la Revue Internationale de Psychologie et de Gestion des Comportements Organisationnels (RIPCO) notre article intitulé " Prévention des noyades en piscine publique : une analyse systémique de la détection des usagers en détresse au sein des équipements d’une intercommunalité du Grand Ouest de la France". Cet article restitue les principaux résultats obtenus dans le cadre d'une expertise commanditée réalisée en 2015 par notre équipe de recherche.


Résumé 

Conformément à la réglementation Etatique, la baignade, dans les piscines publiques d’accès payant, doit être surveillée de façon constante par du personnel qualifié dans le but prévenir la survenue de noyades. Or, plusieurs travaux de recherche montrent que la surveillance s’éloigne de cette prescription, en termes d’effectivité comme d’efficacité. Au sein d’un système composé de 5 piscines communautaires d’une collectivité du grand Ouest, 27 entretiens semi-directifs ont étés menés auprès de maîtres-nageurs sauveteurs, chefs de bassins et du responsable de pôle. Ils visaient à identifier les contraintes de divers ordres pesant sur les surveillants de baignade, susceptibles de retarder, voire d’entraver la détection d’un accident de noyade, au stade où un baigneur se trouve en détresse dans un bassin. L’analyse de ces entretiens nous montre que les arbitrages managériaux (fonctionnement prescrit, gestion des ressources humaines), la dynamique organisationnelle (contexte social, modes d’appropriation individuelle et collective du travail) mais aussi les représentations de la mission de surveillance et de la situation de noyade chez les maîtres-nageurs sauveteurs interfèrent avec la fonction de surveillance de la baignade, ou, à tout le moins, exercent une influence sur sa réalisation. Ce travail met en évidence, dans une logique préventive, qu’il est important de saisir ce qui se trame en amont des accidents en tentant d’appréhender la genèse des inadéquations et des contraintes. Si l’enjeu est de développer des outils à même d’explorer, en amont, les combinaisons de facteurs et les réseaux de causalité des accidents, l’intérêt de ce type d’analyse réside, finalement, dans la mise en évidence de signes avant-coureurs de vulnérabilité, sur lesquels il est parfois possible d’agir à moindre coût.


Title : Prevention of drownings in public swimming pools: a systemic analysis of the detection of users in distress within the facilities of an intercommunality in the west of France

Abstract 

In France, in order to prevent drownings in public swimming pools with entry fees, the regulation requires a constant monitoring by qualified personnel. 27 semi-structured interviews were conducted with lifeguards and equipment managers in five public swimming pools of a western city. The analysis of the interviews with the STAMP accident analysis model shows that managerial arbitrations (prescribed operation, human resource management), organizational dynamics (social, individual and collective forms of appropriation of the lifeguard’s work) but also the representations of the pool surveillance and the situation of drowning among lifeguards may result in a loss of control. The latter is likely to put lifeguards in difficulty to detect and interpret a drowning accident, when a swimmer is in distress. This work demonstrates, in a preventive view, that what is happening upstream accidents is of first importance; it is thus crucial to understand the genesis of mismatches and constraints weighing on operators. The challenge is to develop intellectual tools aiming to explore the combinations of factors and causal networks of accidents. The interest of such analysis also lies in the detection of forerunner signs of vulnerability on which it is sometimes possible to act cheaply.

Pour citer cet article

Vignac, E., Lebihain, P et Soulé, B. « Prévention des noyades en piscine publique. Une analyse systémique de la détection des usagers en détresse au sein des équipements d’une intercommunalité du Grand Ouest de la France », Revue internationale de psychosociologie et de gestion des comportements organisationnels 2017/Supplément (HS), p. 177-205.

Pour consulter l'article en version intégrale

vendredi 21 juillet 2017

A (very) disturbing drowning sequence in a public pool

This video has quickly been around the world.
It shows a disturbing accident sequence taking place in a public pool. What happened ?
A collective e-mail was sent to the experts working on drowning to multiply the opinions and the analyzes in a comprehensive logic. I give here my analysis of the situation.


This sequence strangely makes me think of a case that I have already observed in a public swimming pool. He was a child with autistic disorders and his behavior combined (but not clear) playful aspects with signs of distress. This child breathes on the edge towards 1.20. Why does he not stay ? After, maybe it then goes to a still deeper zone which makes its surface maintenance even more difficult (towards 1.30) ? He falls in unconsciousness towards 2'12. Maybe he makes a faint to effort before drowning ? For a more detailed analysis, it would be necessary to have elements on the depth, supervision, on the child, on the configuration of the places. This sequence is a mystery !

vendredi 30 juin 2017

Un fichier en libre accès pour connaître tous les éducateurs sportifs professionnels

Article publié sur le blog : http://politiques-sportives.blogspot.fr administré par Jean-Damien Lesay

"Tel éducateur sportif possède-t-il bien la qualification dont il se prévaut ? Sa carte professionnelle est-elle encore valide ? Ces renseignements sont désormais accessibles à tous via un site web édité par le ministère des Sports. Un arrêté de la ministre des Sports du 24 mai 2017 modifie en effet l'arrêté du 7 août 1997 instaurant un fichier des éducateurs des activités physiques et sportives en ce sens.
Ce portail internet public est le prolongement de la téléprocédure de déclaration des éducateurs sportifs mise en place en 2014. Il se compose d'une base de données qui, sur saisie d'un nom, permet d'accéder à la fiche de tous les éducateurs sportifs professionnels de France. Pour chaque éducateur sportif, il est précisé, outre ses nom et prénom, son numéro de carte professionnelle et sa date de validité, ainsi que ses qualifications et leurs dates d'obtention. En outre, les conditions d'exercice de chaque qualification, à savoir les disciplines sportives que l'éducateur peut encadrer et les publics qu'il peut prendre en charge, sont fort utilement rappelées. Une photo complète la fiche de chaque éducateur sportif.
Selon un recensement du pôle ressources national Sports de nature du ministère des Sports datant de la fin 2015, la France compte plus de 133.000 éducateurs sportifs professionnels. Parmi eux, 41% relèvent d'une qualification liée aux sports de nature, 27% sont titulaires d'une qualification généraliste, 15% sont éducateurs de sports individuels, 13% titulaires d'une qualification des activités d'expression, de la forme et de la force, 11% sont éducateurs de sports d'opposition et 8% éducateurs de sports collectifs". (Localtis)

mercredi 21 juin 2017

La noyade sèche n'existe pas ! Pas plus que ...

Nous remarquons, de plus en plus, que les médias font un usage abusif du terme noyade. Or, il n'existe pas de définition médicalement acceptée du terme noyade sèche - dry drowning - pas plus que des termes comme noyade bleue, quasi noyade, noyade vraie, noyade fausse, noyade retardée, noyade humide, etc.

La seule définition de la noyade est celle qui a été validée par l'OMS suite aux reflexions menées par un groupe de chercheurs constitué principalement de médecins et d'experts en sécurité aquatique. La noyade est donc définie comme suit : La noyade est une insuffisance respiratoire résultant de la submersion ou de l’immersion en milieu liquide.



La noyade constitue un problème de santé publique majeur. Une prévention efficace suppose l’application de programmes et de politiques permettant de faire face à des facteurs de risque connus dans le monde entier. La surveillance a toutefois été rendue plus difficile par l’absence d’une définition homogène internationalement acceptée permettant de comptabiliser tous les cas pertinents. Une nouvelle définition faisant l’objet d’un consensus a donc été élaborée au niveau international. Des experts en médecine clinique, en épidémiologie des traumatismes, en prévention et en secourisme du monde entier ont participé à une série d’ateliers ainsi qu’à des discussions par courrier électronique. Un examen approfondi a eu lieu pour déterminer si les définitions précédentes étaient appropriées et quels devraient être les principaux éléments d’une nouvelle définition. Le consensus auquel les experts ont abouti était que la nouvelle définition devait englober tous les cas de noyade, mortels ou non. Après un dialogue et un débat prolongés, la définition suivante a été adoptée : « La noyade est une insuffisance respiratoire résultant de la submersion ou de l’immersion en milieu liquide. » Les issues de la noyade seront classées de la manière suivante : décès, séquelles et absence de séquelles. Les experts ont également convenu par consensus qu’il ne fallait plus utiliser les expressions noyade mouillée, sèche, active, passive, silencieuse ou secondaire. Ainsi, une définition simple, complète et internationalement acceptée de la noyade a été mise au point. Son utilisation devrait permettre d’appuyer les activités futures de surveillance de la noyade dans le monde et fournir des informations épidémiologiques plus fiables et plus complètes pour traiter ce problème mondial de santé publique, souvent évitable. (Source : OMS)
La noyade sèche est un terme qui n'a jamais été défini médicalement. Pourtant, par méconnaissance, de nombreux médias l'utilisent abusivement, comme synonyme de noyade secondaire. Le terme noyade secondaire, lui, a été utilisé pour décrire l'absence d'eau dans les poumons (dans 10 à 20 pour cent des autopsies réalisées sur des cas avérés de noyade). Le laryngospasme joue un rôle majeur dans certains cas en protégeant les voies aériennes de l'innondation : en effet, pendant le processus de noyade, très peu d'eau entre dans les poumons, généralement moins de 2 ml/kg de poids corporel, d'après le collectif de médecins-experts. 

Pendant la RCP, la petite quantité d'eau dans les poumons est absorbée ne pose a priori pas problème ; elle peut provoquer une toux (qui peut empirer dans les heures qui suivent). Le principal problème de la noyade est l'anoxie cérébrale. La gestion médicale de la victime est la même, peu importe la quantité d'eau présente dans les poumons. C'est ainsi que la distinction entre noyade humide et sèche a été abandonnée sur le plan clinique.

Si un enfant quitte l'eau en bonne santé et que des symptômes se développent plus de huit heures après la baignade, les parents devraient consulter et envisager un diagnostic autre que la noyade primaire telle que nous l'entendons (ou la noyade à retardement). D'autres pathologies, ayant pour origine une cause infectieuse, méritent d'être recherchées comme par exemple une pneumonie.

Ces confusions terminologiques et sémantiques sèment le trouble et entravent encore davantage la production de données épidémiologiques fiables.