jeudi 28 novembre 2013

La noyade ne ressemble pas à la noyade

Le nouveau capitaine sauta du pont, tout habillé, et nagea à toute vitesse. Ancien sauveteur, il gardait les yeux sur sa victime et se dirigeait directement vers les propriétaires qui se baignaient entre leur bateau ancré et la plage. “Je pense qu’il croit que tu te noies,” dit le mari à sa femme. Ils s’étaient éclaboussés mutuellement et elle avait crié, mais maintenant ils étaient seulement debout, avec de l’eau jusqu’au cou sur le banc de sable. “Tout va bien, qu’est-ce qu’il fait ?” demanda-t-elle, un peu agacée. “Nous allons bien!” cria le mari en lui faisant signe que ce n’était pas la peine d’intervenir, mais le capitaine continua à nager très vite. “Bougez-vous!” cria-t-il alors qu’il nageait entre les deux propriétaires stupéfaits. Juste derrière eux, à peine 3 mètres plus loin, leur fille de 9 ans était en train de se noyer. Mise en sécurité au-dessus de l’eau dans les bras du capitaine, elle éclata en sanglots, “Papa !”
 
Comment ce capitaine a-t-il pu savoir – depuis 15 mètres de distance – ce que le père de la petite fille n’a pas pu repérer à seulement 3 mètres ? La noyade n’est pas cet appel au secours violent et éclaboussant auquel la plupart des gens s’attend. Le capitaine avait été entraîné à reconnaître une noyade par des spécialistes et par des années d’expérience. Le père, par contre, avait appris ce à quoi ressemble une noyade en regardant la télévision. Si vous passez du temps sur l’eau ou près de l’eau (comme chacun de nous), alors vous devriez vous assurer que vous et vos amis savez ce qu’il faut surveiller à chaque fois que les gens entrent dans l’eau. Jusqu’à ce qu’elle pleure un déchirant “Papa !”, la petite fille n’avait pas émis un seul son. En tant qu’ancien sauveteur de la Coast Guard, je n’ai pas du tout été surpris par cette histoire. La noyade est presque toujours un événement trompeusement silencieux. Les grands gestes avec les bras, les éclaboussures et les cris auxquels on s’attend à cause du conditionnement spectaculaire de la télévision sont rarement vus dans la vraie vie.
 
La Réponse Instinctive à la Noyade, dénommée ainsi par le Dr Francesco A. Pia, est ce que les gens font pour éviter une suffocation, réelle ou perçue, dans l’eau. Et cela ne ressemble pas à ce que la plupart des gens s’attendent à voir. Il y a très peu d’éclaboussements, pas de signes de la main et pas de cri ou d’appels à l’aide d’aucune sorte. Pour avoir une idée d’à quel point une noyade peut être silencieuse et tranquille vue de la surface, considérez ceci : c’est la 2ème cause de décès accidentel chez les enfants âgés de moins de 15 ans (juste après les accidents de voiture) – sur environ 750 enfants qui se noieront l’année prochaine, environ 375 d’entre eux seront victimes d’une noyade en étant à moins de 23 mètres d’un parent ou d’un autre adulte. Et pour certaines de ces noyades, l’adulte va en fait voir son enfant se noyer, sans avoir la moindre idée que c’est en train d’arriver.


La noyade ne ressemble pas à la noyade. Le Dr Frank Pia décrit la Réaction Instinctive à la Noyade dans un article de la revue de l’US Coast Guard « On Scene » (numéro de l’automne 2006, page 14). 
Caractéristiques de la Réponse Instinctive à la Noyade:

mardi 19 novembre 2013

Revue de presse, résultats intermédiaires : noyades en piscines publiques au cours de l'année 2013

Les difficultés de quantification de l'accidentologie sportive est un problème bien connu. Du reste, la noyade en piscine publique, qu'elle soit mortelle ou non-mortelle, n'échappe pas à ce constat. Les données disponibles ne permettent qu'une estimation grossière du phénomène accidentel.

Depuis le mois de Janvier 2013, j'ai recensé 16 cas de noyades (mortelles et non mortelles) en piscine publique, en utilisant différents vecteurs tels que les alertes google, les flux RSS (merci @bhelleu), mon fil twitter, et autres moteurs de recherche et canaux d'information. Ces 16 accidents ont nécessité, dans le meilleur des cas, un transport sanitaire ainsi qu'une hospitalisation. 


Je termine actuellement l'exploration d'autres sources (autres que les médias) dans le but de créer une métabase de données sur la noyade en piscine publique. Les résultats de ces explorations devraient a priori faire l'objet d'une nouvelle publication.