mercredi 25 novembre 2015

De retour de la Conférence Mondiale pour la Prévention de la Noyade - Penang, Malaisie - nov. 2015

Conférence Mondiale sur la Prévention de la Noyade
World Conference on Drowning Prevention (WCDP 2015)
Elie Vignac, doctorant au service des sports de la communauté d'agglomération Caen la mer et au Centre de Recherche et d'Innovation sur le Sport (EA-647) à l’université de Lyon, accompagné de Pascal Lebihain, Maitre de conférences à l’université de Poitiers et ancien Président de la Ligue Poitou Charentes de Sauvetage et Secourisme qui effectuent des travaux de recherche communs sur la sécurité et la prévention de la noyade en piscine publique, ont présenté, à cette occasion, une communication orale qui s'intitule Une approche organisationnelle et systémique pour mieux comprendre la survenue des accidents de noyade en piscines publiques ainsi qu'un poster portant sur les problèmes de quantification de ces accidents. Seuls français sur les 61 nations représentées, ils ont largement apprécié la qualité des interventions, les rencontres, ainsi que l’organisation irréprochable de la Royal Life Society Malaisienne, soutenue par l’ILS (International Life Saving Society) et l'Organisation Mondiale de la Santé.

De gauche à droite : E.Vignac (doctorant), P.Lebihain (maitre de conférences Faculté des sciences du sport de Poitiers) et M. Graham Ford (président de l'ILS)

L’ILS organisait début novembre 2015, à Penang, en Malaisie sa traditionnelle conférence mondiale sur la prévention de la noyade. Organisée tous les deux ans, en alternance avec la Rescue, cette conférence mondiale a pour but de faire le point sur les dernières avancées scientifiques, expérientielles mais aussi technologiques ou partenariales, concernant ce douloureux sujet. Rappelons qu’aujourd’hui 372 000 personnes décèdent par noyade chaque année dans le monde et que cet accident reste la première source de mortalité chez les 0-5 ans dans plusieurs pays comme le Bengladesh (qui enregistre 12 000 décès par an chez les moins de 17 ans, soit 33 décès par jour) => Télécharger le rapport mondial de l'OMS sur la noyade.

E. Vignac et P. Lebihain (poster session)


Durant 3 jours, avec le concours de plus de 50 experts, la noyade a été étudiée et documentée de manière pluridisciplinaire selon sept grands thèmes :

  1. Les catastrophes climatiques avec, par exemple, des travaux intéressants concernant les alertes aux populations ;
  2. Les grands projets de coopération, principalement éducatifs et pédagogiques autour du savoir nager avec le Sénégal ou la Thaïlande ;
  3. La prévention de la noyade ;
  4. L’analyse des risques de noyade ;
  5. Les techniques et les moyens de secours avec des retours d’expériences nombreux d’équipes d’intervention ;
  6. La recherche médicale et les dernières avancées concernant la réanimation ;
  7. Les données, dont la collecte et l’analyse tant qualitative que quantitative sont indispensables.
Deux grandes catégories d’acteurs étaient présents en Malaisie : des universitaires menant des travaux scientifiques, mais aussi, des spécialistes de la noyade des fédérations nationales de sauvetage. 

Il serait vain de vouloir résumer, ici, la richesse des présentations de ces trois journées mais, sans prétention, nous en tirons, à chaud, les quelques conclusions suivantes :

La noyade, en tant qu’accident de la vie courante (AVC), touche de très nombreuses personnes et constitue, pour certaines régions du monde, comme l’Asie ou l’Océanie, un véritable enjeu de santé publique.

Les fédérations de sauvetage sont très souvent impliquées dans la production de connaissances sur la noyade (en collaboration étroite avec le milieu universitaire). De nombreux travaux, diligentés par une grande variété d’acteurs (élus, techniciens, enseignants-chercheurs), ont pour ambition d'améliorer la prévention de cet accident (voire la protection contre cet accident) donnant lieu à des productions extrêmement intéressantes.

Si en France, l’accident de noyade ne semble pas émouvoir outre mesure l’opinion publique et les responsables de la sécurité dans nos milieux aquatiques, l’étude qualitative et quantitative des chiffres disponibles - comme l’étude approfondie de la genèse des accidents les plus graves - montre que des dysfonctionnements existent, tant sur le plan humain, individuel ou collectif, que sur le plan organisationnel ou réglementaire (cf. nos récents travaux sur les accidents en piscine publique).

Décentrons nous de notre fonctionnement hexagonal et acceptons d’aller étudier, réfléchir sur d’autres expériences, souvent très riches et sources d’enseignement. Face à ce fardeau (burden - en anglais - souvent utilisé dans les productions scientifiques qui traitent de la noyade), il apparaît nécessaire de s’unir et de collaborer en synergie pour se donner les chances de vaincre une des principales cause de mortalité dans le monde.

Les perspectives pour l’avenir sont donc nombreuses. La prochaine édition de la WCDP aura lieu à Vancouver, au Canada, en octobre 2017.

Financement : Ce déplacement a été entièrement financé par les Universités de Lyon 1 et de Poitiers

Au centre, de gauche à droite : P.Lebihain, F. Lépine (société de sauvetage du Canada, division du Quebec) et E.Vignac (doctorant, Caen la mer) entourés d'experts Thaïlandais