Contrat de recherche

mai 2013 - mai 2016




Thèse de doctorat à l'Université Claude Bernard - Lyon 1 en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS) portant sur la gestion du risque de noyade dans les piscines publiques. Cette recherche doctorale est co-encadrée par le Pr. Bastien Soulé (Université Claude Bernard - Lyon 1) et M. Pascal Lebihain (Maître de conférences à la faculté des sciences du sport de Poitiers).


Cette thèse est réalisée dans le cadre d'une Convention Industrielle de Formation par la Recherche (CIFRE) au sein de la Communauté d'Agglomération Caen la mer.



(...) Le dispositif CIFRE subventionne toute entreprise de droit français qui embauche un doctorant pour le placer au cœur d'une collaboration de recherche avec un laboratoire public. (...) Les CIFRE sont intégralement financées par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche qui en a confié la mise en œuvre à l'Association Nationale Recherche Technologie (ANRT).

Pour ces trois années, je suis accueilli au sein de deux laboratoires de recherche et de l'Ecole Doctorale EPIC 485.

1. Le Laboratoire sur les Vulnérabilités et l’Innovation dans le Sport (EA LVIS-7428) a pour mission de développer la recherche interdisciplinaire dans le domaine des Sciences Humaines et Sociales (SHS), autour de deux thèmes fédérateurs : la vulnérabilité et l’innovation en lien avec les Activités Physiques et Sportives. Concernant l'axe vulnérabilité, les travaux menés consistent à questionner le rôle des activités physiques et sportives dans le renforcement, ou au contraire la réduction de la vulnérabilité et des atteintes à la santé.



Outre l’identification de critères classiques (âge, sexe, PCS, diplôme, etc.), la vulnérabilité résulte de processus complexes mêlant des dimensions socio-économiques, politiques, institutionnelles, culturelles et psychologiques. L’état de vulnérabilité est en effet une construction psychique et sociale : l’accès à l’information, l’éducation et les représentations sociales façonnent l’exposition aux menaces. Plus largement, la vulnérabilité peut procéder de la difficulté à produire des connaissances scientifiques sur les risques, de la préservation de certains intérêts bridant la prévention, ou encore de formes discrètes de domination. En se combinant, ces ingrédients de la vulnérabilité constituent un terrain plus ou moins favorable à l’apparition d’une pathologie, à l’irruption de formes de violence ou encore à l’occurrence d’un accident.

La fragilité constitue parfois une propriété intrinsèque d’un individu ou d’un groupe, liée, par exemple, à une corporéité défaillante pour les personnes âgées. Mais les conditions de protection et de matérialisation de cette blessure (au sens large) doivent également être considérées. En ce sens, la vulnérabilité intègre la prévention, voire la réparation, puisqu’elle invite à être attentif aussi bien à ce qui peut éviter la concrétisation de la potentialité qu’à ce qui est mis en œuvre, a posteriori, pour panser la blessure (Soulet, 2014). La possibilité de faire face (coping capacities) doit donc être prise en considération. Elle implique certaines ressources mobilisables pour diminuer un niveau de risque ou les effets potentiels d’une pathologie. Emerge en arrière plan l’idée de résilience, de capacité à plier sans rompre, et de retour souhaitable à un état d’équilibre après une perturbation.

Appréhendée selon une double acception, à la fois comme processus dynamique conditionnant la fragilité des individus, groupes ou communautés (manières d’être disposé), et comme capacité de réponse (modes de régulation à l’échelle individuelle et collective) tant à l’imprévu (situations de crise) qu’aux difficultés quotidiennes (situations ordinaires), la vulnérabilité comprend plusieurs facettes qui appellent un regard pluriel : histoire, psychologie, sociologie et sciences de gestion trouvent toute leur place dans cette perspective.

2. Centre de Recherche en Gestion (CEREGE EA-1722) de Poitiers.




Créé en 1998, le CEREGE (EA 1722) est une équipe d’accueil avec un établissement de rattachement principal l’Université de Poitiers, un établissement de rattachement secondaire l’Université de La Rochelle et un établissement partenaire l’ESC La Rochelle .
Il regroupe des enseignants chercheurs issus de l’IAE de Poitiers avec ses sites d’Angoulême et de Niort, de l’ICOMTEC, de l’IUT de Poitiers, de la Faculté des Sciences du Sport de l’Université de Poitiers, de l’Institut de Gestion et l’IUT, de l’Université de La Rochelle, ainsi que de l’ESC de La Rochelle.
Il s’agit d’une organisation en réseau qui couvre la région Poitou Charentes et qui regroupe deux des trois universités du PRES « Poitou, Charentes, Limousin ».
Le CEREGE est un laboratoire de recherche en sciences de gestion qui accueille des enseignants d’autres disciplines telles que les sciences de l’information et de la communication (71ème section) et les sciences et techniques des activités physiques et sportives (74ème section).

Le CEREGE a pensé son architecture autour de trois thématiques structurantes :
  • Management de la marque et des cultures de consommation (SMCC)
  • Outils de gestion et dynamiques organisationnelles (OGDO)
  • Management public et société (MPS)
et une thématique transversale :
  • Sciences de gestion et Développement Durable (SGDD)

3. Ecole doctorale EPIC 485

L’École doctorale n° 485 EPIC (Education, Psychologie, Information et Communication) fait partie des 17 Ecoles doctorales relevant du PRES Université de Lyon (UDL).
Portée par l’Université Lumière Lyon 2, conventionnée avec les universités et établissements accrédités Claude Bernard Lyon 1, Jean Moulin Lyon 3, Jean Monnet (Saint-Etienne) et ENS Lettres & Sciences humaines, partenaire de l’IEP, de l’INRP et de l’INSA-Lyon, elle est née en juin-juillet 2007 de la reconfiguration et du regroupement de laboratoires appartenant antérieurement à d’autres ED.



Elle a pour objectif de constituer le cadre de la formation à et par la recherche dans les trois secteurs disciplinaires qu’elle fédère principalement (et au-delà –notamment en Histoire-Epistémologie-Philosophie des Sciences, des Techniques et des Technologies, ainsi qu’en STAPS -, compte tenu des laboratoires et des autres spécialités de doctorat qui lui sont rattachés).
Cette fédération scientifique et pédagogique lui confère spécificité, visibilité et force d’attraction importantes, tant au niveau régional qu’au niveau national : s’appuyant sur les activités de 9 centres de recherche reconnus (6 EA, 3 UMR) , regroupant les potentiels scientifiques et réseaux internationaux concernés des Universités Lyon 1, Lyon 2, Lyon 3, Saint-Etienne et de l’ENS de Lyon elle offre à plus de 350 doctorants (effectif 2008-2009) un éventail d’équipes, de programmes et de directeurs de recherche apte à assurer dans les meilleures conditions l’encadrement de leurs travaux et la préparation de leur avenir professionnel.